Revenir à la liste

Mon chien aboie beaucoup trop : que faire ?

Chien - 18/06/2021

Un chien aboie quand il veut alerter, prévenir ou qu’il cherche à obtenir de l’attention pour jouer ou pour être rassuré. Ce comportement est parfaitement normal tant qu’il reste contrôlé par le maître et que le chien n’aboie pas dès qu’il est seul. En revanche, les aboiements en continu peuvent devenir une nuisance insupportable par l’entourage et le voisinage, à tel point qu’il s’agit souvent d’un motif d’abandon ou de demande d’euthanasie par le vétérinaire.

 

Les causes des aboiements

Apprenez à comprendre pourquoi votre chien aboie : suivant sa force, sa durée, son rythme, sa tonalité (…}, l’aboiement peut signifier plein de choses différentes. Si les aboiements se déclenchent et persistent sans raison particulière, ils peuvent aussi traduire un état de mal-être chez le chien et cela s’apparente alors à un trouble du comportement.

Les aboiements « normaux »

C’est l’homme qui a sélectionné bien des races canines sur leur aptitude à « monter la garde » pour défendre ses propriétés ! Un chien qui a gardé cet instinct de garde, quelle que soit sa taille, est donc capable de se mettre à aboyer en une fraction de seconde si un événement inhabituel se produit dans son environnement. Un chien bien équilibré n’aboie en général que lorsque quelque chose le met en alerte et les aboiements cessent lorsque le « danger » s’éloigne. Chez les chiens particulièrement vigilants, le moindre bruit devant la maison ou un chat traversant le jardin suffit cependant à déclencher des aboiements : le chien veut vous alerter et repousser le danger potentiel.

Les aboiements qualifiés « d’excessifs » émanent généralement de chiens qui ne font que répondre aux sollicitations de leur environnement. Ce sont en général les voisins qui ne supportent plus le bruit ; autant dire que le seuil de tolérance peut varier considérablement suivant la sensibilité de chacun ! Une des solutions consiste à mettre en place des clôtures occultantes pour que le chien soit mieux isolé visuellement des évènements extérieurs.

Un chien bien socialisé et ne souffrant pas de troubles du comportement supporte généralement bien la séparation d’avec son maître, même s’il peut être tenté d’aboyer quelques secondes au moment de son départ. Le chien sera d’autant plus calme qu’il sait que sa solitude ne sera pas trop longue et qu’il a des jouets pour s’occuper en attendant.

Les aboiements « pathologiques »

Ils résultent le plus souvent d’une instabilité psychologique consécutive à une mauvaise socialisation des chiots ou à un défaut d’éducation de la part du maître.

L’anxiété de séparation

L’anxiété de séparation est un des troubles du comportement les plus fréquemment rencontrés chez le chien. Au moins 15 % des chiens présenteraient ce type de troubles : ils ont tendance à gémir et à aboyer dès que leur maître s’absente et qu’ils se retrouvent seuls. Ces « vocalisations » démarrent dans les minutes suivant le départ du maître et elles peuvent occuper plus de 20 % du temps pendant la première heure de solitude !

Un sevrage trop précoce, un environnement stressant et/ou le développement d’un lien d’hyperattachement avec le maître peuvent expliquer l’apparition de l’anxiété de séparation. Les aboiements démarrent pendant le plus jeune âge mais persistent à l’âge adulte. L’anxiété de séparation est un problème difficile à solutionner quand elle est installée.

Un défaut d’éducation

Comme pour d’autres comportements indésirables, la prévention des aboiements excessifs repose sur l’éducation du chiot dès son arrivée. S’il aboie lorsqu’un invité arrive (ou lorsqu’il veut jouer, qu’il veut rejoindre un congénère alors qu’il se promène en laisse…), dites-lui aussitôt fermement « stop » ou « silence ». S’il n’obéit pas, ne criez surtout pas. Faites-le asseoir près de vous et, s’il reste silencieux pendant quelques secondes, récompensez-le avec une friandise. Faites de même à chaque fois qu’il aboie intempestivement et allongez progressivement le temps de silence imposé avant de le féliciter.

Vous pouvez aussi appeler votre chien dès qu’il se met à aboyer après quelque chose ; enroulez alors la laisse autour de ses mâchoires de manière lâche en lui intimant de se taire ; s’il ne le fait pas, serrez légèrement la laisse pour lui fermer les mâchoires. Dès qu’il revient au calme, récompensez-le et relâchez-le.

Lutter contre le stress pour limiter les aboiements

Un chien qui aboie trop est souvent un chien stressé. Tous les moyens utilisables pour limiter le stress sont donc potentiellement utiles pour le dissuader d’aboyer.

Phéromones et huiles essentielles apaisantes

Certaines phéromones de synthèse imitant les sécrétions maternelles sont connues pour leur effet apaisant. Elles sont d’ailleurs appelées des « apaisines ». Chez les chiens souffrant d’anxiété de séparation, une réduction significative des aboiements peut être constatée au bout de quelques semaines de diffusion dans l’environnement du chien.

Il est aussi possible de calmer le chien en lui faisant respirer des composants aux propriétés anxiolytiques présents dans certaines huiles essentielles (vétiver, basilic, sauge, valériane…). Comme dans le cas de la phéromonothérapie, l’aromathérapie peut passer par le branchement de diffuseurs sur des prises électriques ou par la vaporisation directe dans l’environnement du chien. Les deux approches peuvent d’ailleurs se compléter.

Supplémentation en L-tryptophane

Le L-tryptophane est un acide aminé qui permet la synthèse de la sérotonine, un neuromédiateur qui facilite l’endormissement. Des études ont montré qu’un apport en        L-tryptophane permet de limiter l’expression des comportements liés à l’anxiété et au stress. Cette supplémentation nutritionnelle semble efficace pour diminuer les aboiements, surtout pour chez les chiens hébergés en chenil.

Ambiance musicale

Les chiens auxquels on diffuse de la musique classique seraient plus calmes, resteraient plus volontiers couchés et aboieraient significativement moins. Un phénomène d’habituation est cependant net et l’effet s’estompe au bout de quelques jours !

Un gilet « anti-anxiété »

Un gilet pour chien a été commercialisé pour limiter les troubles anxieux. Ce gilet exerce une pression légère sur le torse des chiens, ce qui a un effet calmant sur la plupart d’entre eux et pourrait donc aider à limiter les aboiements intempestifs.

Les colliers anti-aboiements

De très nombreux types de colliers anti-aboiements sont commercialisés et le principe est toujours le même : le collier détecte les aboiements du chien et déclenche alors un stimulus désagréable pour le chien, qui peut être odorant, sonore et/ou électrique. L’objectif est d’inciter le chien à arrêter d’aboyer par crainte de se faire « punir ».

Une extrême prudence est cependant nécessaire lors de leur utilisation. Ces colliers peuvent aider à désamorcer de mauvaises habitudes mais ils ne peuvent en aucun cas soigner les troubles du comportement. Si votre chien souffre d’anxiété de séparation, le collier risque fort de renforcer le stress et d’aggraver la situation.

Colliers odorants

A chaque aboiement, le collier anti-aboiement vaporise un jet d’une solution à l’odeur répulsive pour le chien (la citronnelle par exemple). Certains chiens s’habituent cependant à l’odeur et le collier perd son efficacité rapidement !

Colliers acoustiques

En réponse à l’aboiement, le collier émet ici un signal sonore : des ultrasons, des bips d’intensité croissantes ou même un ordre pré-enregistré par le propriétaire ! Certains colliers sophistiqués proposent même deux messages successifs, le second devant évidemment être plus ferme pour décourager le chien de continuer à aboyer. Un système de vibreur peut aussi être associé ou substitué aux signaux sonores.

Colliers électriques

Les signaux électriques envoyés au chien par un collier anti-aboiement sont en général précédés d’un signal sonore : par exemple, une suite de bips est émise lors du premier aboiement et, si un autre aboiement est émis dans les 30 secondes qui suivent, un bip plus long est associé à une stimulation électrique d’intensité variable. Ces colliers sont cependant dangereux : à cause du stress à répétition qu’impose le port de ces colliers, certains chiens réagissent très mal et développent des comportements encore plus indésirables que les aboiements : destruction d’objets dans leur environnement, malpropreté, réactions agressives…  Certains pays ont d’ailleurs interdit les colliers électriques.

Quand les aboiements d’un chien sont devenus une source d’énervement et de stress pour l’entourage, il est important de se faire aider par un professionnel pour améliorer la situation. Avoir recours aux conseils d’un vétérinaire comportementaliste est la meilleure solution car chaque cas est particulier. Lors de troubles du comportement, la réponse associe en général une approche comportementale à un traitement médical.

FAQ

Quelles sont les races de chiens qui aboient le plus ?

Certaines races sont réputées pour être particulièrement « bruyantes ». C’est par exemple le cas des terriers mais aussi du caniche, du bichon frisé, du dobermann et du samoyède.

Quelles précautions faut-il respecter avec les colliers anti-aboiement ?

Ces colliers sont à réserver aux chiens adultes. Réglez le seuil de détection des aboiements de manière à ce que le chien ne soit pas sanctionné lorsqu’il produit des bruits anodins. Ne posez le collier sur votre chien que lorsque vous êtes présents pour pouvoir observer ses réactions. Dès que votre chien cesse d’aboyer, félicitez-le. N’oubliez pas d’enlever le collier si vous jouez avec votre chien !

Existe-t-il des alternatives aux colliers anti-aboiement ?

Certains boîtiers anti-aboiement peuvent être fixés à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison. Ils détectent les aboiements jusqu’à une distance de 20 mètres et émettent alors des ultrasons qui déplaisent au chien. Ces boîtiers doivent être installés de préférence à la hauteur de l’animal. Certains boîtiers peuvent être activés par télécommande, uniquement lorsque le maître souhaite envoyer le signal à son chien.

Pour les chiens hébergés en chenil, il existe des systèmes qui projettent de l’eau lorsque les chiens aboient ! Quand le micro détecte un aboiement, un signal radio est envoyé à un dispositif qui commande l’ouverture d’une électrovanne et arrose les chiens.

Comment empêcher mon chien d’aboyer après le facteur ?

Dès que vous entendez le facteur arriver et que votre chien commence à s’agiter, faites-le coucher dans son panier jusqu’à ce que le facteur s’éloigne. Récompensez votre chien s’il reste calme. Si le facteur doit entrer chez vous pour déposer un colis, proposez au facteur de lui parler amicalement et éventuellement de lui donner une friandise pour s’en faire un ami !

Pour en savoir plus…

Vidéo

« Comment stopper les aboiements de mon chien ? »