Revenir à la liste

Adapter la ration journalière aux besoins de son chiot

- 12/07/2022

S’il est préférable de suivre les recommandations données sur l’emballage de l’aliment au début, il vous faudra progressivement adapter la quantité journalière de croquettes à l’évolution du poids du chiot.

Les bases du calcul du rationnement

Les chiffres qui figurent dans les tableaux de rationnement sur les sacs d’aliments secs sont obtenus en divisant le besoin énergétique des chiots (exprimé en kilocalories ou kcal) par la concentration énergétique de l’aliment (en kcal/kg). Si cette dernière peut être calculée de manière assez précise, le besoin énergétique du chiot est lui susceptible de varier selon plusieurs paramètres.

Les rationnements conseillés constituent donc une bonne base de départ mais la quantité de croquettes à distribuer chaque jour devra être adaptée au fil des semaines et des mois, en fonction de la vitesse de croissance de votre chiot.

Les calories apportées par l’aliment

La concentration énergétique d’un aliment dépend de sa composition. Si sa valeur n’est pas indiquée sur l’étiquetage, il est possible de la calculer simplement, à partir de l’analyse nutritionnelle de l’aliment.

  • Les matières grasses (ou lipides) sont les nutriments les plus énergétiques : elles apportent environ 9 kcal/g.
  • Les protéines et les glucides apportent environ 4 kcal/g. Si le taux de glucides n’est pas indiqué dans l’analyse, il peut être obtenu par différence :

% glucides = 100 % – [% humidité + % protéines+ % matières grasses + % matières minérales (ou « cendres brutes ») + % fibres végétales (ou « cellulose brute »)]

En général, la concentration énergétique d’un aliment sec pour chiot se situe entre 3500 et 4000 kcal/kg.

Les calories requises par le chiot

Quel que soit son âge, le besoin énergétique d’un chien n’est pas directement proportionnel à son poids corporel (PC) ; il est basé sur son « poids métabolique » (PM) que l’on évalue ainsi : PM = PC 0,75. Le poids métabolique d’un chien de 30 kg est par exemple : 30 0,75 = 12,8 kg. Le passage obligatoire par le poids métabolique traduit le fait qu’un chien de 30 kg consomme beaucoup moins d’énergie que 3 chiens de 10 kg !

Calcul du besoin énergétique d’entretien

Pour calculer le besoin énergétique quotidien d’un chien adulte dont l’activité physique est modérée, on multiplie le poids métabolique par 95 à 132, suivant que le chien est très sédentaire ou au contraire très actif. Un chien adulte sédentaire de 30 kg aura donc besoin d’environ : 95 x 12,8 kg : 1216 kcal/jour. Ces calories représentent la quantité de « carburant » que le chien consomme pour son métabolisme interne et son activité quotidienne.

Calcul du besoin énergétique de croissance

À poids égal, un chiot réclame plus de calories qu’un chien adulte : en plus de son besoin d’entretien de base, il dépense en effet beaucoup d’énergie pour sa croissance car son organisme fabrique de nouveaux tissus tous les jours (os, muscles, etc.).

Un très jeune chiot réclame à peu près deux fois plus de calories par kg qu’un chien adulte ! Exemple : un chien adulte de 10 kg a besoin d’environ 500 kcal/jour mais un chiot de grande race qui pèse 10 kg vers l’âge de 3 mois en réclamera 1000 !

Le besoin énergétique évolue cependant avec la vitesse de croissance : celle-ci est très rapide jusqu’à ce que le chiot atteigne son pic de croissance, soit le moment où il gagne le plus de grammes tous les jours. Ensuite, la croissance ralentit progressivement et le besoin énergétique diminue : quand le chiot arrive à la moitié de son poids adulte (estimé), son besoin énergétique est par exemple multiplié par 1,6 par rapport à celui d’un chien adulte et le facteur diminue jusqu’à atteindre 1 quand la croissance est terminée.

Adapter la ration au stade de croissance

La durée de la croissance dépend du format adulte de la race : 8 à 10 mois pour les petites races (< 10 kg), 10 à 14 mois pour les races moyennes (10 à 25 kg), 14 à 18 mois pour les grandes races (25 à 40 kg) et 18 à 24 mois chez les races de plus de 40 kg.

Il est important de savoir combien pèsera approximativement votre chiot à l’âge adulte.

Le besoin énergétique d’un chiot est très important tant qu’il n’a pas atteint son pic de croissance, qui correspond à peu près au moment où le chiot a atteint 40 % de son poids adulte. Chez un chiot de petite race, le pic de croissance est atteint dès l’âge de 3 mois mais il n’intervient pas avant l’âge de 4-5 mois pour un chiot de très grande race.

Évolution du poids

Le pic de croissance peut être facilement repéré en suivant l’évolution du poids du chiot : chaque semaine après son adoption, pesez-vous avec et sans lui pour obtenir son poids par différence. Notez le résultat sur un graphique : au départ, la courbe de croissance prend une allure exponentielle puis la croissance se ralentit. Le point d’inflexion de la courbe correspond au pic de croissance.

Quand il s’agit d’un petit chien, utilisez une balance assez sensible pour mettre en évidence des écarts de quelques dizaines de grammes. Avec un chiot de grande race qui devient trop lourd pour être pris dans les bras, n’hésitez pas à franchir le seuil de votre clinique vétérinaire : vous y trouverez une balance à plateau, à la disposition des clients. Le vétérinaire pourra aussi vous aider à interpréter la courbe de croissance de votre chiot.

Calcul du gain moyen hebdomadaire

Pour préciser les choses, calculez le gain moyen hebdomadaire du chiot en faisant la différence entre deux pesées successives et tracez la courbe : dès que le gain diminue et que la courbe redescend, le pic de croissance est dépassé. Le chiot continuera bien sûr à s’étoffer, à se muscler et à prendre du poids pendant plusieurs mois mais son besoin énergétique par kilo va progressivement diminuer.

Adapter la ration à chaque chiot en particulier

La quantité de croquettes à distribuer au chiot ne dépend pas seulement de son âge et de son stade de croissance mais aussi de la race, du caractère du chiot, de son mode de vie et de son statut sexuel. Tous ces paramètres influencent sa dépense énergétique.

Influence de la race

Dans des races telles que le golden retriever et le labrador, le rottweiler ou le terre-neuve, la masse grasse est plus importante que dans des races athlétiques comme les chiens de bergers, les braques, le boxer, le dogue allemand, etc. La masse grasse consomme moins de calories que la masse musculaire et, même chez un chiot, le rationnement doit prendre en compte cette donnée. Si la masse grasse est importante, il faut diminuer la ration théorique d’au moins 10 % pour l’adapter aux besoins réels du chiot.

Le pelage spécifique de la race est évidemment un paramètre supplémentaire qui influence le besoin énergétique : plus il est isolant, moins le chiot dépense de calories pour lutter contre le froid !

Influence de l’activité physique

La ration alimentaire d’un chiot doit aussi être personnalisée en fonction de son niveau d’activité physique. Ce paramètre est indirectement lié à la race du chiot (le boxer est connu pour son dynamisme !) mais aussi à l’environnement et au mode de vie du chiot : accès ou pas à un jardin, climat de la région, temps passé à jouer ou se promener avec le maître (…), autant de facteurs qui font varier le besoin énergétique.

Influence du statut sexuel

La stérilisation est généralement effectuée au moment de la puberté du chiot (entre 4 et 6 mois), alors que la croissance du chiot est loin d’être terminée, surtout chez les chiens de grandes races. Cette opération modifie profondément le métabolisme et le besoin énergétique diminue. Le rationnement doit être revu à la baisse juste après l’intervention.

Exemple pratique

Pour calculer le besoin énergétique d’un chiot, il faut en principe appliquer plusieurs facteurs multiplicateurs au besoin énergétique d’un chien adulte, soit 95 x PC0,75.

  • k1 : coefficient d’ajustement au stade de croissance: de 2 jusqu’au pic de croissance à 1 lorsque la croissance s’achève ;
  • k2 : coefficient d’ajustement à la race, variant entre 0,8 (pour les chiens prédisposés à grossir) et 1,1 pour les chiens très musclés, avec peu de masse grasse ;
  • k3 : coefficient d’ajustement au comportement du chiot, variant entre 0,8 (chiot très calme) et 1,2 (chiot hyperactif).

Pour un chiot Labrador de 5 mois pesant 20 kg peu actif, le besoin énergétique théorique serait donc :

95 kcal x 200,75 x 1,5 (chiot ayant atteint 50 à 70 % de son poids adulte) x 0,9 (masse grasse importante) x 0,9 (chiot sédentaire), soit environ 1100 kcal/jour.

Si ce chiot est nourri avec un aliment sec dont la densité énergétique est de 3800 kcal/kg, sa ration quotidienne équivaudra donc à environ 300 g de croquettes.

Surveiller l’évolution du poids et de la silhouette

En pratique, les calculs présentés ci-dessus ne sont jamais effectués par les propriétaires, même s’il existe des calculateurs en ligne pour estimer la quantité de croquettes à distribuer aux chiens. Le plus simple est de se baser sur l’évolution du poids et de la silhouette du chiot pour adapter le rationnement quotidien !

Observer la courbe de croissance

La courbe de croissance ne sert pas qu’à repérer le pic de croissance. Elle donne aussi des indications précieuses sur la vitesse de croissance du chiot comparée aux références connues pour des chiens de même race et de même sexe. Votre vétérinaire peut vous fournir des courbes types et vous aidera à vérifier que votre chiot ne gagne pas de poids trop vite.

Observer la silhouette du chiot

Apprenez aussi à évaluer l’état d’embonpoint de votre chiot en l’observant et en le palpant pour évaluer l’épaisseur du tissu adipeux. Passées les premières semaines, un chiot ne doit pas être « potelé » : vous devez sentir ses côtes en le caressant et voir le creux de sa taille quand vous le regardez de profil et par-dessus.

Demandez à votre vétérinaire de vous donner une fiche illustrée pour vous aider à évaluer la condition corporelle de votre chiot. En utilisant ce système, vous pourrez facilement revoir la quantité de croquettes journalière à la hausse ou à la baisse en fonction de l’évolution de la silhouette de votre chiot !

À l’arrivée de votre chiot, suivez bien les recommandations figurant sur l’emballage de l’aliment, en fonction de son âge et de son poids. Sachez cependant que les tableaux de rationnement sont donnés à titre indicatif car chaque chiot a des besoins énergétiques particuliers. À poids égal, le rationnement idéal peut varier de 25 % d’un chiot à l’autre suivant la race, le tempérament, l’environnement… À vous d’adapter la dose journalière en fonction de l’évolution du poids du chiot.

Pour être sûr de choisir l’alimentation la mieux adaptée à votre chiot, écoutez les recommandations de votre vétérinaire et prenez conseil auprès de l’éleveur pour connaître l’évolution normale du poids de votre chiot, mâle ou femelle, pendant la croissance.

 

FAQ

Un chiot peut-il réguler tout seul sa consommation alimentaire ?

Un chiot ne doit jamais être nourri à volonté car une suralimentation dans le jeune âge le prédispose à l’obésité une fois adulte. Les chiens trop gros entre 9 et 12 mois présentent un risque d’obésité multiplié par 1,5 à l’âge adulte par rapport à des chiens restés minces durant leur croissance.

Si un chiot prend du poids trop vite, faut-il diminuer la quantité de croquettes ?

Au début, le rationnement sera revu à la baisse mais pour ne pas frustrer le chiot, il est aussi possible de lui donner un aliment moins riche en énergie, qui permettra de le laisser manger une quantité suffisante de croquettes pour calmer sa faim. Si le chiot est stérilisé au cours de sa croissance, un aliment contenant moins de matières grasses devra lui être donné ensuite.

 

Comment mesurer la quantité de croquettes ?

La meilleure solution est de peser la ration journalière sur une balance précise, surtout au début. Ensuite, pour aller plus vite, on peut utiliser un verre doseur mais en faisant attention à poser le verre bien à plat pour éviter les erreurs d’appréciation. Des « petits plus » répétés tous les jours peuvent favoriser la prise de poids !

Peut-on donner des friandises au chiot ?

Quand on veut faire plaisir à un chiot, il est préférable de jouer ou d’aller se promener avec lui plutôt que de lui donner des friandises. Si on veut récompenser le chiot pendant les séances d’éducation, on peut cependant prélever des croquettes sur sa ration journalière, mais ne pas en ajouter ! Bannissez également le grignotage entre les repas : donnez trois repas par jour à votre chiot jusqu’à l’âge de 6 mois au moins mais ne distribuez rien entre temps, et surtout pas quand vous êtes à table. Vous feriez de votre chiot un mendiant, et c’est mauvais pour sa ligne.

En savoir plus

Adapter un tableau de rationnement selon les besoins individuels en relation avec l’état physiologique du chien ( source: Syndicat national des professions du chien et du chat)