Pour une cohabitation harmonieuse entre chiens et chats

Chat Chien - 15/01/2021

Chiens et chats doivent faire de gros efforts pour se comprendre car leurs langages sont différents mais les conseils qui suivent vous aideront à éviter les conflits lorsque ces animaux vivent ensemble.

 

Quand un chiot et un chaton sont adoptés ensemble

Ce cas de figure est peu fréquent mais c’est pourtant la meilleure façon de mettre en place de bonnes conditions pour la cohabitation future. Quand les chatons et les chiots sont encore très jeunes, la curiosité l’emporte sur la peur : ils sont attirés par ce qu’ils ne connaissent pas. Cette « fenêtre » est appelée la période de socialisation et c’est le moment idéal pour mettre en présence un chiot et un chaton, afin qu’ils s’habituent tous les deux à fréquenter une espèce différente.

Quand un chiot et un chaton apprennent tôt à partager leur territoire, les situations conflictuelles auront moins de chance de se développer ultérieurement. En revanche, plus les chatons et les chiots seront élevés dans l’isolement, plus ils seront craintifs et auront tendance à fuir ce qui est nouveau.

 

La période de socialisation chez le chaton

Un chaton de 8 semaines commence déjà à cultiver la méfiance envers ce qui est nouveau. Idéalement, si le chaton doit vivre avec un chien, il faudrait donc qu’il ait déjà été familiarisé à l’espèce canine avant de quitter sa mère. Le fait qu’il ait été élevé dans un endroit où vivait un ou plusieurs chiens est un paramètre très important à prendre en compte au moment de décider où faire l’acquisition d’un chaton. Un chaton ayant déjà fréquenté des chiens sera beaucoup moins effrayé par le vôtre en arrivant chez vous, même s’il est de taille et de race différente.

La période de socialisation chez le chiot

Un chiot est malléable plus longtemps qu’un chaton : chez lui, la période de socialisation s’étend jusqu’à la 12e semaine, âge auquel le chiot est la plupart du temps arrivé dans un nouveau foyer. Si un chiot et un chaton sont mis en présence pour la première fois vers l’âge de 3 mois, il est de toute façon probable que c’est le chiot qui va faire des efforts pour « apprivoiser » le chaton et pas l’inverse !

 

Quand un chaton arrive là où il y a déjà un chien

 

 

 

En général, un chien fait preuve de bonne volonté pour accepter l’arrivée d’un chaton à son domicile. Si vous faites comprendre d’emblée à votre chien qu’il ne s’agit pas d’un nouveau jouet avec lequel exercer son talent de chasseur, il va vite considérer le chat comme faisant partie intégrante du foyer et le respecter. Des précautions s’imposent quand même, surtout au début. Il ne faudrait pas que votre chien tente de poursuivre le chaton dès que vous aurez le dos tourné !

Limiter le stress du chaton

À l’arrivée du chaton chez vous, faites preuve de bon sens et assurez sa sécurité : imaginez déjà son stress à son arrivée chez vous après avoir quitté sa mère, sa fratrie et son environnement familier. N’ajoutez pas la peur immédiate d’avoir à affronter un prédateur potentiel ! Laissez-le prendre tranquillement possession de son nouveau lieu de vie avant de le présenter à votre chien.

Apprivoisement progressif

Si les lieux le permettent, essayez de faire en sorte que le chaton et le chien restent dans des pièces voisines, mais sans possibilité de se toucher ; par exemple en installant une barrière amovible à mi-hauteur de la porte de séparation, du type de celles utilisées pour empêcher les enfants d’atteindre un escalier. Pour faciliter l’imprégnation de l’un par l’autre, essayez de poser des jouets du chien du côté du chat et inversement.

N’enlevez la barrière que lorsque vous êtes sûr que votre chien a intégré le fait qu’il n’est pas question d’être agressif envers le chat et qu’ils devront désormais partager le même toit. Basez-vous aussi sur le comportement du chat : quand il ne manifeste plus de signes de peur ou qu’il devient curieux de venir au contact du chien, c’est qu’ils sont prêts au rapprochement.

Première mise en présence

Organisez la première rencontre directe dans une pièce offrant des possibilités de repli en hauteur, afin que le chaton puisse se mettre à l’abri en cas d’urgence. Attendez que le chaton explore la pièce et se frotte contre les pieds des meubles ou le bas des murs pour déposer des phéromones qui vont le rassurer.

Ensuite, asseyez-vous avec le chaton à côté de vous sur un fauteuil ou un canapé et appelez votre chien, sans toutefois lui permettre d’essayer de toucher le chaton. Observez leurs réactions et soyez prêt à intervenir en cas d’agressivité du chien. En général, le chien se montre plus amical que le chaton dans de telles circonstances mais il peut s’exciter en voyant le chaton feuler, cracher et hérisser son poil. Si le chaton s’enfuit pour se poster immédiatement hors d’atteinte du chien et l’observer à distance, laissez-le faire. Ne cherchez surtout pas à forcer la rencontre, même si votre chien paraît déçu de la distance mise par le chat. Gardez-vous de vouloir les obliger à se rapprocher.

Laissez la situation évoluer ainsi environ 30 mn, en restant bien sûr présent, puis séparez les animaux. Répétez l’opération tous les jours jusqu’à ce que les deux animaux s’habituent à leur présence réciproque. Évitez de vouloir « protéger » le chaton en le prenant dans les bras si le chien s’approche trop. Cela risque d’aggraver la tendance du chien à rejeter le chat.

Séparation des aires de repas

L’amitié entre un chien et un chat est souvent illustrée par le fait qu’ils mangent côte à côte voire dans la même gamelle. Ce n’est cependant pas du tout souhaitable : un chat doit manger à part du chien, et consommer un aliment spécialement formulé pour lui.

Le chaton doit pouvoir manger tranquillement quand il le désire. Installez son bol de croquettes dans un endroit inaccessible au chien, en hauteur si possible. Multipliez aussi les points d’eau dans la maison (et à l’extérieur si vous avez un jardin) pour que le chaton puisse boire sans craindre de se faire agresser.

Dans un premier temps, surveillez votre chien et votre chat quand ils mangent, afin qu’ils ne se sentent pas en compétition avec l’autre animal, si celui-ci s’enhardissait au point de vouloir venir manger dans son assiette.

 

Quand un chiot arrive là où il y a déjà un chat

 

 

Il est parfois long et délicat de faire accepter un chiot à un chat adulte qui se considère comme maître des lieux, surtout si celui-ci n’a jamais connu de chien pendant son jeune âge. Le plus important est que le chat puisse se sentir en sécurité : il faut qu’il continue à manger, éliminer, se reposer et s’isoler dans ses endroits habituels sans se sentir menacé par le chien.

Le chat se montrera probablement hostile au nouvel arrivant au début mais c’est ainsi que le chiot apprendra à garder une distance convenable vis-à-vis de lui. Cette distance peut d’ailleurs varier selon l’endroit et le moment : par exemple, si un chat a l’habitude de faire la sieste sur un coussin l’après-midi, il peut tolérer que le chiot s’y repose le matin. En revanche, si le chien tente de revenir l’après-midi, il risque d’être mal reçu !

Le chiot devra donc apprendre à « décoder » ce qui est autorisé et ce qui est interdit. S’il comprend vite l’importance de respecter les limites posées par le chat, les choses se passeront mieux que s’il s’agit d’un chiot hyperactif qui prend plaisir à poursuivre le chat partout dans la maison.

La façon dont la cohabitation se mettra en place dépend beaucoup de l’aménagement de l’espace. Pour qu’un chat puisse accepter de vivre avec un chien, il faut respecter sa nature profonde et toujours lui donner l’opportunité de se réfugier dans des cachettes ou des endroits inaccessibles au chien, en hauteur de préférence. C’est quand il est acculé et se sent menacé que le chat peut devenir dangereux pour le chien. Un coup de griffe dans l’œil est vite arrivé…

Avant d’adopter un chiot, réfléchissez quand même aux conséquences potentielles pour le chat : si ce dernier est stressé par l’arrivée du chien, des comportements indésirables ne sont pas à exclure, tels que le marquage urinaire, la malpropreté et les griffades dans la maison par exemple. Certains chats très anxieux développent même des troubles urinaires (ex : cystite idiopathique) liés au stress.

Même si vous rencontrez quelques problèmes au début et que l’ambiance est plutôt conflictuelle entre vos deux animaux, ne vous découragez pas, ne brusquez rien et faites preuve de patience. Pour tenter d’apaiser la situation, demandez conseil à votre vétérinaire : des phéromones d’apaisement, des compléments alimentaires ou même des médicaments peuvent aider à mettre en place les bases d’une cohabitation réussie.

FAQ

Pourquoi les chiens et les chats ont-ils parfois du mal à cohabiter ?

Les modes de communication du chien et du chat sont très différents, en particulier en ce qui concerne leur langage corporel. Par exemple, un chat qui agite la queue n’invite pas le chien à jouer mais signifie au contraire qu’il est très énervé. Quand le chat se met sur le flanc ou roule sur le dos, il ne se soumet pas au chien comme un chiot pourrait le faire. Si le chien en profite pour essayer de le dominer, il risque fort de se faire griffer sauvagement ! A l’inverse, quand un chat porte la queue très haute, c’est généralement qu’il est en confiance et recherche le contact. Il risque d’être déçu car, pour le chien, porter la queue haute est plutôt un signe de dominance. Pas sûr qu’il ose alors approcher le chat !

Si un chien cohabite avec un chat, acceptera-t-il aussi les autres chats ?

Ce n’est pas parce que votre chien respecte votre chat chez vous qu’il va accepter la gent féline dans son ensemble ! La relation entre un chien et un chat s’établit entre deux individus, pas entre deux espèces. Méfiez-vous donc si un autre chat pénètre sur le territoire de votre chien ou s’il aperçoit un chat lors d’une promenade : votre chien risque de se comporter très différemment avec le nouveau venu et celui-ci aura intérêt à courir vite et sauter haut s’il veut se mettre en sécurité !

Faut-il intervenir quand des conflits surviennent entre le chien et le chat ? 

Lorsque chiens et chats vivent ensemble et que des conflits surviennent, ne cherchez pas à intervenir ni à séparer les animaux. La tendance à protéger la « victime » lors des bagarres en criant ou en punissant « l’agresseur » ne fait qu’aggraver la situation. Laissez le chien et le chat mettre en place un code de bonne conduite !

La race du chien et du chat est-elle à prendre en compte ?

Le comportement d’un individu est le résultat de ses expériences antérieures, de son éducation, de ses conditions de vie et aussi de son patrimoine génétique. La race des animaux a donc une influence non négligeable. Les races de chats orientaux (siamois, abyssin…) sont émotives et présentent facilement des réactions d’agressions par peur. Chez le chien, les races sélectionnées pour chasser à vue sont prédisposées à courir après une proie potentielle : les lévriers peuvent parfois se montrer dangereux envers les chats, surtout s’ils ont autrefois participé à des courses. D’autres races canines sont en revanche réputées pour être plus « compatibles avec les chats.

En savoir plus…

  • « Chien et chat : comment les faire cohabiter ? » (Zooplus magazine)

www.zooplus.be/magazine/chien/adopter-un-chien/chien-chat-cohabitation

 

Vidéos

 

  • « Une cohabitation chien/chat réussie » (Canidélite)

www.youtube.com/watch?v=cScP9wgIC6Q