Conseils pratiques pour bien sevrer les chiots

Chien - 02/09/2020

Que vous ayez fait naître des chiots chez vous ou que vous soyez sur le point d’acquérir un chiot, sachez qu’un chiot doit être âgé au moins de 8 semaines pour être donné ou vendu. C’est une obligation légale. L’âge du sevrage dépend cependant beaucoup des conditions d’élevage et de la destination finale des chiots.

 

A quel âge le sevrage alimentaire d’un chiot peut-il commencer ?

Lorsque des chiots ont moins de 3 semaines et que leur mère leur fait défaut (qu’elle ait disparu ou qu’elle ne produise pas assez de lait), ils ne sont pas encore capables de consommer un aliment solide. Il vous faudra alors acheter un lait maternisé pour chiots et les nourrir au biberon jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge minimum pour débuter le sevrage.

 

Démarrer vers l’âge de 3-4 semaines

A partir de l’âge de 3-4 semaines, les chiots deviennent aptes à manger des aliments solides. Que la chienne soit là ou non, c’est le moment de leur proposer de commencer à manger de manière autonome, surtout si la portée est nombreuse et qu’il s’agit de chiots de grandes races : cela évitera à la chienne de perdre du poids en s’épuisant à nourrir des chiots affamés ! Chez la mère, la production de lait atteint en effet son maximum 3-4 semaines après la naissance des chiots ; ensuite, elle produit de moins en moins de lait chaque jour alors que les besoins des chiots augmentent régulièrement.

 

Terminer vers l’âge de 8 semaines

Le sevrage alimentaire doit toujours être le plus progressif possible et s’étaler sur plusieurs semaines : vers l’âge de 8 semaines, les chiots arrêtent en principe de téter leur mère et peuvent se nourrir entièrement de manière autonome.

 

Comment nourrir un chiot pendant le sevrage ?

Au début, présentez aux chiots une pâtée ou des croquettes mélangées à du lait maternisé, pour faciliter la transition. Ces aliments doivent bien sûr être complets et formulés spécialement pour répondre aux besoins nutritionnels des chiots. Demandez conseil à votre vétérinaire pour bien choisir les aliments de sevrage : pour favoriser le bon développement des chiots, il faut que ces aliments soient très digestibles, riche en protéines et en acides gras essentiels oméga 3 (EPA et DHA).

Mise en place du rationnement

Tant que les chiots sont avec leur mère, n’essayez pas de les rationner : ils sauront couvrir leurs besoins en répartissant leur consommation entre le lait maternel et les aliments solides.

Photo nourriture d un chiot en sevrage

Au fur et à mesure que le sevrage avance, les chiots mangeront de plus en plus par eux-mêmes. A ce stade, tâchez de les nourrir individuellement, en adaptant la quantité d’aliment distribuée aux recommandations de rationnement du fabricant, indiquées sur les boîtes ou les sacs. Pour faciliter la digestion et éviter que l’aliment ne perde son appétence en restant à l’air libre toute la journée, servez-leur plusieurs petits repas par jour.

N’oubliez pas l’eau !

Dès que les chiots consomment des aliments solides, il faut qu’ils puissent boire aussi souvent qu’ils le souhaitent. La consommation d’eau sera plus importante avec des croquettes plutôt qu’avec des aliments en boîtes ou en sachets. Renouvelez tous les jours l’eau dans les bols que vous laisserez à leur disposition.

 

A quel âge peut-on séparer un chiot de sa mère ?

Même s’il mange seul, un chiot a besoin de la présence de sa mère au moins jusqu’à 8 semaines. Séparer un chiot de sa mère avant cet âge peut entraîner de graves conséquences pour son équilibre psychologique et sa santé. Un sevrage affectif trop précoce risque d’entraîner des troubles du comportement. Certains éleveurs préfèrent même garder leurs chiots au moins trois mois avant de les vendre.

Pourquoi mon chien respire t-il plus vite que d’habitude ?

Lorsqu’un chien accélère sa respiration, cela peut être un phénomène physiologique d’adaptation à l’environnement (c’est la polypnée) ou bien le signe d’un problème pathologique (on parle alors de tachypnée).

La polypnée thermique

Le chien ne transpire presque pas. Quand il a chaud et/ou qu’il doit fournir un effort physique intense, le chien régule normalement sa température interne en accélérant sa respiration : pendant le halètement, la fréquence respiratoire peut monter à 200 mouvements par minute ! Comme les muqueuses bucco-nasales et la langue représentent des surfaces d’échange toujours humides, l’évaporation de l’eau permet d’évacuer la chaleur excessive. De plus, le chien possède une glande particulière près des narines qui fournit l’eau nécessaire à la perte de chaleur par évaporation.

 

Les différents modes de halètement

Selon la température ambiante et leur niveau d’activité physique, les chiens halètent de plusieurs façons différentes ; ils peuvent inspirer et expirer par le nez seulement, inspirer par le nez et expirer par la bouche, ou utiliser les deux voies à l’inspiration et à l’expiration. Dans le dernier cas, l’évaporation est maximale car elle a lieu à la fois par la muqueuse nasale, la langue et la surface buccale. Lorsqu’il faut encore augmenter l’intensité du refroidissement, les vaisseaux sanguins de la muqueuse nasale se dilatent.

Les avantages d’une séparation tardive

Laisser les chiots avec leur mère et leur fratrie quelques semaines de plus présente des avantages : à leur départ, les chiots auront acquis de meilleures défenses immunitaires et ils auront aussi profité plus longtemps de l’éducation donnée par leur mère. Celle-ci leur aura par exemple appris à réfréner leur envie de mordiller ou de jouer trop brutalement. Chez les chiots de grandes races, l’acquisition de ces autocontrôles est essentielle.

Les inconvénients d’une séparation tardive

Si un chiot quitte l’endroit où il est né après l’âge de 3 mois, il sera moins apte à s’adapter à son nouveau milieu que s’il a été adopté entre 8 et 12 semaines. La phase de socialisation s’achève en effet vers 16 semaines mais, dès 12 semaines, un chiot commence à avoir peur de tout ce qui est nouveau pour lui. Si le chiot doit partir vivre en ville alors qu’il est né à la campagne, la période d’adaptation risque par exemple d’être plus difficile pour lui.

Au cas où le chiot n’est pas adopté avant l’âge de 3 mois, il faut absolument l’aider à acquérir une “base de données” sur ce qu’il doit considérer comme « normal ». Confrontez-le à des situations, des bruits et des individus variés : promenez-le en voiture, habituez-le au bruit de l’aspirateur, mettez-le en présence d’enfants et d’autres animaux, etc. Idéalement, il faudrait que le chiot ait vécu la plupart des expériences qu’il fera dans sa vie future avant de quitter son lieu de naissance. Il sera ainsi moins peureux plus tard. A l’inverse, un chiot élevé dans l’isolement sera craintif et aura tendance à fuir tout ce qui est nouveau.

 

Comment nourrir un chiot qui vient juste d’être sevré ?

Si vous adoptez un chiot qui vient tout juste d’être sevré, respectez soigneusement les recommandations de l’éleveur qui vous l’a vendu. Pour le chiot, le stress de quitter sa mère, ses compagnons de portée et son environnement habituel est déjà énorme. N’ajoutez pas celui de devoir changer d’alimentation du jour au lendemain !

Pendant quelques jours, nourrissez votre chiot avec l’aliment qu’il consommait avant d’arriver chez vous. Sinon, il y a de grandes chances qu’un changement brutal d’alimentation entraîne l’apparition d’une diarrhée ; chez un animal très jeune, la diarrhée est toujours plus grave que chez un chien adulte car un chiot est très sensible à la déshydratation.

Si vous désirez ensuite modifier l’alimentation de votre chiot, effectuez la transition quand votre chiot est bien adapté à son nouvel lieu de vie. Pendant 7 à 10 jours, incorporez petit à petit le nouvel aliment dans la ration initiale pour que la flore digestive de votre chiot ne soit pas perturbée.

 

Faut-il vacciner un chiot dès le sevrage ?

Oui ! En général, les éleveurs vendent des chiots qui ont déjà reçu leurs premières injections vaccinales au moment du sevrage mais sachez que ce n’est pas obligatoire (sauf si le chiot vient de l’étranger). La mention « vacciné » n’est donc pas indispensable dans les annonces de vente de chiots sevrés.

Il est de toute façon recommandé de présenter votre nouveau chiot au vétérinaire que vous aurez choisi pour le suivre pendant toute sa période de croissance. Il établira avec vous un calendrier de vaccination pour protéger votre chiot des principales maladies infectieuses qui menacent votre chiot, telles que la parvovirose, la maladie de Carré et l’hépatite infectieuse canine (ou hépatite de Rubarth).

Chez un chiot, le protocole de vaccination début idéalement vers l’âge de 6 à 8 semaines, soit au moment du sevrage alimentaire. Des injections seront ensuite réalisées toutes les 4 semaines, jusqu’à ce que la dernière injection ait lieu après 16 semaines, pour être sûr que l’immunité soit bien en place. Tant qu’un chiot est encore porteur d’anticorps transmis par sa mère pendant l’allaitement, sa réaction au vaccin peut ne pas être optimale.

 

Faut-il vermifuger un chiot dès le sevrage ?

Oui ! Jusqu’à 70 % des chiots de moins de 3 mois seraient infestés par des parasites digestifs et les ascaris sont les vers les plus fréquemment rencontrés chez les chiots. La contamination initiale a lieu via le placenta ou le lait maternel. Les larves d’ascaris s’installent ensuite dans l’intestin du chiot où elles atteignent le stade adulte : des œufs d’ascaris sont alors rejetés dans les selles, entretenant l’infestation chez tous les chiots de la portée…

En cas d’infestation importante, les ascaris sont responsables de nombreux troubles : diarrhée, vomissement, retard de croissance, obstruction intestinale… Si l’infestation est plus légère, la présence de vers peut passer inaperçue mais le parasitisme est susceptible d’affaiblir les défenses immunitaires du chiot : il est donc important de le vermifuger quelques jours avant les vaccinations.

Déparasiter les chiots après le sevrage n’est pas important seulement pour leur santé ; c’est aussi une précaution essentielle pour l’entourage car la dissémination des œufs d’ascaris par le chiot peut entraîner des problèmes graves chez les humains en cas d’absorption accidentelle.

Lors de son adoption, votre chiot a normalement déjà été vermifugé par l’éleveur mais il héberge encore très probablement des ascaris. Un seul traitement ne le débarrasse en effet pas de tous les parasites car la plupart des vermifuges utilisables chez le chiot sont actifs contre les vers adultes mais pas contre les larves. Lorsque le chiot atteint l’âge du sevrage, une vermifugation vers 8 semaines et une à 12 semaines sont généralement conseillées.

Votre vétérinaire vous dira quels traitements mettre en œuvre pour éliminer tous les parasites qui peuvent nuire gravement à la santé de votre chiot juste sevré.

FAQ

Quel aliment donner aux chiots au début du sevrage ?

Les chiots ont tendance à imiter leur mère et ils seront tentés de manger la même chose qu’elle. Les besoins nutritionnels de la mère et des chiots sont de toute façon très proches. Au démarrage du sevrage, distribuez donc de petites croquettes que vous mélangerez à du lait maternisé au début, pour obtenir une consistance de bouillie facile à consommer par les chiots.

Faut-il séparer la mère et les chiots dès le sevrage ?

Vouloir rendre les chiots autonomes en prévision du moment où ils devront quitter leur mère est une fausse bonne idée : cela fait perdre des jours importants de contact entre les chiots et leur mère. La chienne initie de toute façon elle-même la séparation en repoussant les chiots, en refusant la tétée, etc. Le jour où le chiot sera vendu, la détresse de la séparation sera compensée par la présence des nouveaux propriétaires et du nouveau foyer. Le chiot établira alors un lien d’attachement avec les personnes qui s’occuperont de lui.

Comment être sûr que j’achète un chiot dont le sevrage a été effectué dans de bonnes conditions ?

Si vous cherchez à acheter un chiot de race chez un éleveur sérieux, sachez que la Société Centrale Canine (SCC) accorde un label « élevage sélectionné » aux éleveurs qui remplissent plusieurs conditions fondamentales : respect du bien-être animal, déontologie, qualité des reproducteurs et niveau de formation. Sur le site de la SCC, les portées de chiots nées chez des éleveurs ayant obtenu le label sont indiquées en priorité.

Est-ce que je peux donner du lait à un chiot qui vient d’être sevré ?

Une fois qu’un chiot est sevré, il perd progressivement les enzymes nécessaires à la bonne digestion du sucre du lait, le lactose. Si vous lui donnez du lait (a fortiori du lait de vache, dont la composition est très différente de celle du lait de chienne), une diarrhée risque donc d’apparaître. La distribution de lait maternisé pour chiots n’est utile que pour nourrir des chiots orphelins ou pour démarrer le sevrage.