Mon chien fait-il « caca » normalement ? Comment le savoir ?

Chien - 01/09/2020

Si le transit digestif de votre chien est perturbé, il est important de trouver la cause… Soyez attentif à des anomalies concernant la fréquence d’émission des selles, leur aspect, leur couleur, le comportement de votre chien au moment où il se soulage, etc. Ces informations seront utiles à votre vétérinaire pour établir un diagnostic et choisir le traitement adéquat.

 

Combien de fois par jour un chien fait-il « caca » ?

Normalement, un chien adulte en bonne santé « fait caca » en moyenne 2 à 3 fois par jour. Chez un chiot, cette fréquence est plus élevée car la vidange de l’estomac se fait rapidement et plus les selles sont molles.

 

Transit trop rapide

Si votre chien défèque 4 à 5 fois par jour, son transit est trop rapide. Souvent, cela s’accompagne de diarrhée car l’eau n’a pas le temps d’être réabsorbée dans l’intestin. Lorsqu’un chien fait caca plus de 5 fois par jour, l’origine de la diarrhée se situe souvent au niveau  du gros intestin (ou côlon). Le chien a du mal à se retenir et ses défécations paraissent parfois douloureuses.

 

Stress et transit digestif

La probabilité de troubles digestifs est plus importante chez les chiens anxieux. Le stress fait normalement accélérer le transit digestif et il en est de même de l’activité physique très intense ; la diarrhée de stress est un phénomène courant chez tout sportif, canin ou humain !

 

Facteurs permettant de réguler la vitesse du transit

Vérifiez avec votre vétérinaire que l’aliment consommé par votre chien est bien adapté à ses besoins, en quantité et en qualité. S’il a besoin de manger beaucoup pour ne pas maigrir, peut-être faut-il chercher un aliment plus riche en matières grasses qui permettra de réduire le volume de la ration. Certains chiens présentent aussi une sensibilité digestive marquée et un aliment hypoallergénique peut parfois permettre de régulariser le transit digestif.

 

Transit trop lent

Si votre chien élimine une seule fois par jour, il est sans doute constipé. La constipation passe plus inaperçue que la diarrhée mais elle est tout aussi néfaste à la santé du chien : lorsque le transit intestinal est trop lent, la flore digestive tend à produire des substances toxiques qui peuvent passer dans la circulation sanguine. Des fermentations prolongées encouragent aussi les émissions de gaz (flatulences). Personne n’a envie de se boucher le nez lorsque le chien est à la maison ou dans la voiture…

 

Facteurs favorisant la constipation

Les petits chiens sont particulièrement sensibles à la constipation mais plusieurs causes peuvent expliquer un « intestin paresseux » : la sédentarité, une alimentation inadaptée, l’excès de poids, un abreuvement insuffisant, l’ingestion d’un corps étranger, les conséquences d’un traitement médical ou d’une opération chirurgicale subie par le chien, etc.

Facteurs limitant la constipation

Si votre chien a tendance à être constipé, donnez-lui un aliment riche en fibres végétales. Les fibres ont un rôle de lest : elles stimulent les contractions de l’intestin et permettent d’évacuer les matières fécales plus facilement.

Pour limiter le risque de constipation, encouragez votre chien à bouger : plus il sera actif, plus la motricité intestinale sera stimulée et mieux il se sentira ! Au retour de promenade, votre chien aura soif et boire plus est aussi une bonne façon de lutter contre la constipation.

A quoi doivent ressembler les selles normales d’un chien en bonne santé ?

Chez un chien en bonne santé, les selles sont bien moulées, sans être dures : elles doivent pouvoir être aisément ramassées.

Variation de la consistance

Il est normal qu’un grand chien produise des selles plus molles qu’un petit chien. Chez un grand chien, le transit digestif est beaucoup plus long : il dure jusqu’40 heures chez un dogue allemand contre moins de 24 heures chez un caniche nain ! Plus le transit est long, plus les fermentations bactériennes dans le gros intestin sont importantes et plus la teneur en eau des selles l’est aussi, ce qui tend à ramollir les selles.

 

Variation de la couleur

La couleur normale des selles d’un chien est brun foncé. Toute autre couleur (noire, verte, jaune-orangé ou blanchâtre) est un signe potentiellement inquiétant. La présence de mucus ou de glaires est également un signe que quelque chose ne va pas.

 

Selles très noires

Les selles peuvent être noirâtres à cause de la présence de sang digéré dans les selles. Si votre chien ne présente pas d’autre signe inquiétant, pensez à le vermifuger : il est possible qu’il héberge des ankylostomes, des parasites de l’intestin grêle qui se nourrissent de sang.

 

Selles décolorées

Des selles pâles (souvent jaunâtres) sont observées en cas d’insuffisance pancréatique exocrine ; elles sont le résultat d’un déficit enzymatique qui perturbe la digestion normale du chien. Le chien présente une diarrhée chronique et ses selles sont graisseuses, avec une odeur rance caractéristique.

Le berger allemand est la race canine la plus touchée par l’insuffisance pancréatique mais d’autres races sont fréquemment touchées par cette maladie : les bergers belges, les chiens nordiques, l’épagneul cavalier king charles, le cocker spaniel, le colley…

Selles teintées de sang

Si vous remarquez du sang en nature (rouge) dans les selles, votre chien est peut-être parasité par des trichures, des vers qui se fixent dans le gros intestin et se nourrissent de sang, comme les ankylostomes. Le sang rouge peut aussi être lié à une irritation au niveau de l’anus, par exemple lorsque les sacs anaux (ou « glandes anales ») sont engorgés.

Si la couleur, le volume et/ou l’aspect des selles de votre chien vous paraissent anormaux, consultez votre vétérinaire.

Une diarrhée est-elle grave chez un chien ?

Une diarrhée est un symptôme : elle correspond à l’augmentation de la fréquence d’élimination fécale et du volume des selles, associée à une diminution de leur consistance.

Une diarrhée peut être le signe d’une maladie grave, surtout si elle apparaît de manière brutale et qu’elle est d’origine infectieuse. En général, la diarrhée s’accompagne alors d’autres symptômes : apathie, perte de l’appétit, fièvre, etc. L’eau perdue dans les selles peut entraîner une déshydratation rapide, notamment chez un chiot.

 

Diarrhée aiguë

– Chez un chien adulte, une diarrhée aiguë peut être consécutive à une intoxication alimentaire ou à une maladie infectieuse, le plus souvent bactérienne (salmonellose, colibacillose, clostridiose, leptospirose…).

– Chez un chiot, une diarrhée aigüe est un signe classique de maladie virale.

 

La parvovirose

La parvovirose est à l’origine d’environ 50 % des diarrhées aiguës chez les chiots âgés de 1 à 5 mois. C’est l’affection digestive la plus grave et la plus fréquente du chiot : elle entraîne une gastro-entérite hémorragique avec diarrhée, vomissements, abattement et déshydratation intense. Il est essentiel de vacciner les chiots très tôt contre cette maladie.

 

La coronavirose

Le coronavirus canin est beaucoup moins dangereux pour les chiots que le parvovirus mais cette infection fréquente peut rendre le chiot plus vulnérable à d’autres infections virales, dont la parvovirose. Environ 50 % des entérites virales mortelles chez le chiot seraient causées par l’association de ces deux virus.

 

La rotavirose

Le rotavirus peut être à l’origine d’une diarrhée aqueuse chez les très jeunes chiots.

 

Diarrhée chronique

Une diarrhée chronique (qui évolue depuis plus d’un mois de façon continue ou intermittente) est également préoccupante car elle risque d’affaiblir progressivement le chien. Les origines les plus fréquentes sont les problèmes parasitaires et les déséquilibres alimentaires.

 

J’ai vermifugé mon chien et il a toujours la diarrhée : pourquoi ?

Assurez-vous d’abord que le traitement administré à votre chien est bien actif sur le parasite en cause ! La plupart des vermifuges ne sont par exemple pas actifs sur des parasites tels que les coccidies, les giardia ou d’autres protozoaires fréquents chez les jeunes chiots.

Votre vétérinaire peut vous proposer d’effectuer une analyse de selles (une coproscopie) pour confirmer l’infestation et identifier les parasites présents chez votre chien. Cet examen permet d’adapter le traitement à la nature des parasites présents et à l’intensité de l’infestation.

Enfin, toutes les diarrhées ne sont bien sûr pas d’origine parasitaire ; si c’est le cas, le chien présente plutôt une alternance de diarrhée et de constipation. En l’absence de réponse favorable au traitement antiparasitaire, la cause de la diarrhée est à chercher ailleurs, avec votre vétérinaire.

 

Comment nourrir mon chien pour éviter la diarrhée ?

Si votre chien est en bonne santé, plus son alimentation sera de bonne qualité, plus la consistance des selles sera satisfaisante !

 

Critères de choix de l’aliment

Choisissez un aliment équilibré, très digestible et correspondant à l’âge, au mode de vie et format de votre chien.

La capacité des chiens à digérer l’amidon des céréales est très variable selon les individus et un ramollissement des selles voire une diarrhée peuvent apparaitre quand le seuil maximal de digestion de l’amidon est atteint. Optez alors pour un aliment plus riche en protéines  et/ou en matières grasses.

Lors de changement alimentaire, respectez une période de transition d’une dizaine de jours pour laisser le temps au système digestif de votre chien de s’adapter au nouvel aliment.

Rythme d’alimentation

Chez un chien sensible sur le plan digestif, il faut fractionner la ration journalière : cela facilite la digestion et limite le risque de diarrhée. Le fait de manger en plusieurs repas permet d’allonger le temps consacré à la digestion, facilitant ainsi l’absorption des nutriments. Les résidus non digérés sont moins importants et les selles gagnent en consistance.

FAQ

Que peut-on donner à un chien qui présente toujours des selles molles ?

Certains produits à base d’argile (kaolin, smectite…) sont parfois recommandés par le vétérinaire. Ce sont des substances poreuses capables d’absorber des sous-produits de la digestion dans le gros intestin avant qu’ils ne fermentent. L’argile régularise le transit quand le chien a tendance à avoir des selles trop molles mais elle peut aussi occasionner de la constipation chez les autres.

Des « pansements digestifs » à base de charbon activé sont également disponibles (en poudre, en gel, en comprimés ou en suspension buvable). Demandez conseil à votre vétérinaire.

Pourquoi mon chien mange t-il ses selles ?

La coprophagie est un comportement atavique normal chez les canidés : une chienne ingère les matières fécales de ses chiots nouveau-nés pour garder le nid propre, un chiot est attiré par les selles de ses congénères… Ce comportement peut aussi résulter du stress (la coprophagie apparaît souvent chez les chiens qui s’ennuient lorsqu’ils sont seuls), d’une alimentation déséquilibrée ou d’un problème digestif. Quand la coprophagie dure depuis longtemps, une thérapie comportementale est cependant presque toujours nécessaire car cette habitude est difficile à faire disparaître.

Comment savoir si la diarrhée est liée à un problème pancréatique ?
  • Les chiens présentant un excès de poids souffrent plus de la chaleur que les autres car le tissu adipeux est un isolant qui empêche la dissipation de la chaleur interne.
  • Un pelage de couleur sombre renvoie moins bien les rayonnements solaires qu’un pelage clair.
  • Les chiots, les chiens âgés, les chiens qui souffrent de problèmes cardiaques, respiratoires ou d’hyperthyroïdie ne sont pas capables de maintenir longtemps un rythme cardiaque très rapide et supportent donc mal la chaleur.
Comment lutter contre la diarrhée de stress ?

Pour limiter ce risque chez un chien sportif, distribuez un quart à un tiers de la ration journalière environ 3 heures avant le moment de la journée où le chien sera le plus actif. Le reste sera donné après, quand le chien sera revenu au calme, en le laissant digérer tranquillement pendant plusieurs heures.

L’incorporation dans l’alimentation de fibres solubles, riches en mucilages, peut également aider à régulariser le transit.  Les graines de psyllium sont par exemple capables de fixer une grande quantité d’eau dans l’intestin et de favoriser la production de selles moulées.