La gestation de la chatte : de la fécondation à la mise-bas

Chat - 31/08/2020

La fécondation de la chatte

La gestation démarre lorsque l’ovule est fécondé par un spermatozoïde. Cette fécondation est possible dès que la chatte présente ses premières chaleurs ; celles-ci surviennent souvent au printemps qui suit la naissance de la chatte, soit bien avant qu’elle atteigne l’âge d’un an ! Les chattes de grand format (maine coon, chat des forêt norvégiennes, persans…) présentent cependant une puberté plus tardive.

Chez la chatte, la stimulation vaginale liée à l’accouplement déclenche la sécrétion de l’hormone lutéinisante (LH), qui entraîne l’ovulation 24 à 30 heures plus tard. Cette ovulation provoquée par l’accouplement explique pourquoi les saillies conduisent très souvent à la gestation dans cette espèce !

 

Les étapes de la gestation de la chatte, semaine après semaine

Après la fécondation, les embryons migrent vers l’utérus où ils s’implantent 12 à 14 jours après la fécondation. C’est à ce moment que commence véritablement leur développement. La gestation d’une chatte dure environ 9 semaines.

Diagnostic de gestation possible dès le 15e jour

Un examen échographique peut éventuellement confirmer que la chatte est gestante à partir du 15e jour si le vétérinaire possède du matériel performant et de l’expérience pour repérer les ampoules fœtales.

 

3e semaine : changement d’aspect des tétines

Entre le 15e et le 18e jour de gestation, l’aspect des tétines se modifie : les mamelons rosissent, augmentent de volume et le poil autour paraît reculer. Ce signe physique est surtout visible chez les jeunes femelles.

Entre le 17e et le 20e jour, les ampoules fœtales mesurent plus d’un cm de diamètre et sont nettement visibles à l’échographie.

 

4e semaine : palpation abdominale possible

À partir du 21e jour, le vétérinaire peut parfois sentir les ampoules fœtales en palpant l’abdomen de la chatte. Le diagnostic de gestation par palpation est cependant plus facile entre 24 et 30 jours de gestation ; les ampoules fœtales mesurent alors 2,5 cm de diamètre.

Les battements de cœur des fœtus commencent à pouvoir être détectés à l’échographie entre le 22e et le 24e jour. Si un examen échographique est pratiqué entre le 23e et le 28e jour, la date de mise-bas peut être prévue à plus ou moins deux jours, dans 75 % des cas.

Au cours de la 4e semaine de gestation, le placenta commence à sécréter une hormone, la relaxine, dont le dosage dans le sang peut permettre de confirmer la gestation à partir du 25e jour.

 

 

5e semaine : modification visible de la silhouette de la chatte

À la fin du premier mois de gestation, le poids de la chatte a beaucoup augmenté et sa silhouette est nettement modifiée.

Le diagnostic de gestation par palpation n’est praticable que jusqu’à la fin de la 5e semaine. En effet, après 35 jours de gestation, le placenta est trop développé pour que la palpation individuelle des fœtus puisse encore être pratiquée.

Au cours de cette 5e semaine de gestation, les mouvements des fœtus deviennent visibles à l’échographie. Cette technique permet également de repérer d’éventuelles anomalies : résorptions embryonnaires, décollement du placenta ou gestation extra-utérine.

 

6e semaine : examen radiographique possible

À partir du 38-40e jour de gestation, la calcification des os est suffisamment avancée pour que le squelette des fœtus apparaisse à la radiographie. Le comptage des chatons peut alors être effectué. Avant cette date, la radiographie n’est pas utilisée sur une chatte gestante car les rayons X pourraient perturber le développement normal des chatons.

Les besoins nutritionnels de la chatte augmentent rapidement à partir de la 6e semaine de gestation car la croissance des fœtus s’accélère !

Vers le 40e jour de gestation, le placenta prend le relais du corps jaune (formé dans l’ovaire) pour sécréter la progestérone indispensable au bon déroulement de l’embryogénèse. Il devient très important de protéger la chatte du stress afin que son équilibre hormonal ne soit pas perturbé.

A partir du 40e jour de gestation, les changements hormonaux liés à la gestation peuvent entraîner un « réveil » des parasites présents dans l’organisme, en particulier les larves d’ascaris. Il est alors conseillé de vermifuger la chatte avec un produit actif sur les larves en migration. Demandez conseil à votre vétérinaire pour choisir un médicament sans danger pour une chatte gestante.

 

7e semaine : augmentation nette de l’appétit de la chatte

L’apparence et les habitudes de la chatte se modifient de plus en plus au fur et à mesure que la gestation avance car les chatons gagnent 80 % de leur poids pendant les 20 derniers jours de gestation ! La chatte s’alourdit, son abdomen s’élargit et son appétit est augmenté.

8e semaine : gonflement des mamelles

Le gonflement des mamelles de la chatte devient évident à partir du 50e jour. La chatte se prépare à la lactation.

L’observation du développement des fœtus par échographie permet de contrôler que la fin de gestation se passe bien. La fréquence cardiaque d’un fœtus en bonne santé se situe entre 200 et 260 battements par minute. Si la fréquence chute trop ou que les fœtus sont morts, le vétérinaire peut intervenir chirurgicalement.

9e semaine : préparation de la mise-bas

La mise-bas a généralement lieu 58 à 72 jours après l’accouplement mais, suivant la taille de la portée, le format de la chatte et la race, le délai peut varier de 52 à 74 jours ! Une chatte siamoise met par exemple bas vers le 63e jour et une chatte persane plutôt vers le 65e.

Alors que la naissance des chatons approche, l’activité de la chatte diminue, elle se prépare à mettre bas. L’expulsion de lait par les mamelles commence généralement 24 à 48 heures avant la mise-bas mais certaines chattes commencent à produire du lait plus de 8 jours avant, ce n’est donc pas un signe fiable d’imminence du début des contractions.

En fin de gestation, l’appétit de la chatte est perturbé par le volume augmenté de l’utérus, il est normal qu’elle mange un peu moins. Assurez-vous qu’elle dispose d’une caisse de mise-bas confortable, placée dans un endroit calme.

Surveillez le poids et l’alimentation de la chatte

Contrairement à ce qui se passe chez une chienne, les besoins nutritionnels de la chatte augmentent dès le début de la gestation. Une chatte doit donc recevoir un aliment de qualité, riche en protéines et en énergie, pour couvrir ses besoins pendant toute la gestation. Croquettes et aliments humides peuvent être associés. S’il s’agit d’aliments complets conseillés pour les chattes reproductrices, aucun déficit nutritionnel n’est à craindre. Demandez conseil à votre vétérinaire.

La ration journalière de la chatte pourra augmenter d’environ 10 % chaque semaine pendant toute la gestation. Surveillez cependant sa prise de poids : en fin de gestation, le poids ne doit pas être supérieur de plus de 40 % par rapport au poids normal : une chatte pesant 4 kg à la saillie ne devrait pas peser plus de 5,6 kg en fin de la gestation. Un poids trop important peut favoriser une dystocie et allonger la mise-bas.

Un suivi vétérinaire est important pendant la gestation

Faire suivre régulièrement une chatte gestante par le vétérinaire permet de mieux préparer la naissance des chatons ; le stress, les maladies, une mauvaise alimentation ou des traitements inadaptés peuvent en effet mettre en danger le développement des chatons et la santé de la mère.

Aucun médicament ne doit être administré à une chatte gestante sans avis vétérinaire car de nombreuses molécules peuvent entraîner des anomalies chez les chatons à la naissance ; le risque est particulièrement important entre le 5e et le 15e jour de gestation mais il persiste toute la première moitié de la gestation. Le protocole de traitement contre les parasites internes et externes sera discuté avec le vétérinaire traitant, pour éviter de faire courir des risques inutiles à la chatte gestante.

Les cliniques Okivét sont équipées avec du matériel échographique de qualité car l’échographie a une place de choix dans le suivi de gestation chez la chatte. Il est par exemple très important de déterminer la date de mise-bas le plus précisément possible : si des complications sont à prévoir, une césarienne pourra être programmée pour augmenter les chances de survie des chatons.

FAQ

Comment empêcher une chatte d’être gestante ?

Si vous ne souhaitez pas que votre chatte ait une portée de chatons, le mieux est de la faire stériliser chirurgicalement, si possible avant la puberté. Si vous prévoyez de la faire reproduire plus tard, la pose d’un implant hormonal (à base de desloréline) peut permettre de retarder l’apparition de la puberté ou de rendre la chatte infertile pendant une durée de plusieurs mois. Demandez conseil à votre vétérinaire.

Peut-on doser la progestérone pour confirmer la gestation chez une chatte ?

Il est inutile de doser la progestérone chez une chatte supposée gestante ; contrairement à ce qui se passe chez la chienne, le taux sanguin de cette hormone s’élève après l’ovulation, même en l’absence de gestation. Pour confirmer la gestation chez une chatte, l’échographie est la technique à privilégier.

Une chatte gestante peut-elle vivre avec d’autres chats ?

L’équilibre psychologique de la femelle est important pour le bon déroulement de leur gestation. Quand la chatte vit avec d’autres chats, la cohabitation doit être harmonieuse. S’il existe des conflits entre eux, le stress ne peut qu’être néfaste à l’équilibre hormonal et donc au maintien de la gestation jusqu’à son terme. Mieux vaut alors isoler la chatte.

Peut-on vacciner une chatte gestante ?

Il est nécessaire que les chattes qui reproduisent soient bien vaccinées avant la gestation, en particulier contre la panleucopénie féline (ou typhus) et contre les virus incriminés dans le coryza du chat, l’herpès virus et le calicivirus félins. Ces virus peuvent en effet entraîner des avortements et de la mortinatalité chez les chatons. Plus l’immunisation de la mère est bonne, plus le taux d’anticorps transmis aux chatons après la naissance via le colostrum sera important. Pendant le temps de la gestation, mieux vaut éviter toute injection médicamenteuse, même pour un vaccin.

Pour en savoir plus…

  • Blaise A., « Diagnostic et suivi de la gestation par échographie chez la chatte », Thèse d’exercice, Médecine vétérinaire, Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon, 2006 (www2.vetagro-sup.fr/bib/fondoc/th_sout/th_pdf/2006lyon084.pdf).
  • Masson M., « Performances de reproduction dans l’espèce féline en élevage en France », Thèse d’exercice, Médecine vétérinaire, Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, 2016 (https://oatao.univ-toulouse.fr/16490/1/Masson_16490.pdf)

 

Vidéos