Revenir à la liste

Le sevrage du chaton, une étape à ne pas manquer

Chat - 08/01/2022

Pour les mammifères, le sevrage correspond au moment où les jeunes arrêtent de couvrir tous leurs besoins nutritionnels grâce au lait de leur mère. Progressivement, ils commencent à consommer autre chose et finiront par se nourrir de manière complètement autonome. À ce sevrage alimentaire, s’ajoute un sevrage affectif (la mère les repousse de plus en plus) et un sevrage immunitaire : les jeunes ne sont plus protégés par les anticorps transmis par leur mère et doivent développer leurs propres défenses.

 

À quel âge sevrer des chatons ?

Dans la nature, les chatons sauvages restent avec leur mère pendant les 4 premiers mois de leur vie mais ils arrêtent de téter bien avant. Dès que leurs dents pointues deviennent trop douloureuses pour les mamelles de la mère, celle-ci repousse ses chatons ! La chatte favorise ainsi l’acquisition en douceur de l’autonomie des chatons. Elle les oblige à s’éloigner de plus en plus et de plus en plus longtemps.

Démarrer vers 3 semaines

Chez le chat domestique, le sevrage nutritionnel s’étale en général entre l’âge de 3 et 7 semaines. Plus la portée est nombreuse, plus il est important que les chatons commencent tôt à manger des aliments solides. La mère risque sinon de s’épuiser à nourrir sa tribu de chatons affamés ! Avec une portée réduite (moins de 3 chatons), le sevrage peut démarrer plus tardivement (vers 4-5 semaines) car la chatte produit assez de lait pour tous.

Pas de séparation avant 8 semaines

Avant de séparer un chaton de sa mère, il faut attendre que le sevrage soit complètement terminé. Il est de toute façon interdit de vendre ou de céder des chatons de moins de 8 semaines. Certains éleveurs recommandent même d’attendre 14 semaines, soit plus de 3 mois. Séparer un chaton de sa mère trop tôt peut en effet entraîner de graves conséquences pour sa santé et son équilibre psychologique.

L’allaitement par la mère représente la source d’énergie exclusive des chatons pendant au moins 3 semaines mais les chatons peuvent continuer à téter jusqu’à l’âge de 7 semaines environ. Plus le sevrage est progressif, moins le chaton risque de présenter de diarrhée.

Le fait que le chaton ne tète plus sa mère n’est pas une raison pour le séparer aussitôt de sa mère. La chatte ne fait pas que nourrir ses petits, elle leur apprend aussi à bien se comporter dans la vie ! Elle surveille les chatons et intervient si les jeux deviennent trop violents. Les chatons apprennent ainsi à rétracter leurs griffes, à ne pas mordre trop fort et à maîtriser leurs émotions. La présence rassurante de leur mère facilite l’acquisition correcte des autocontrôles. Lorsque les chatons voient leur mère rester calme même en présence d’un individu étranger, d’un bruit fort ou de toute autre source de stress, ils auront plus de chances de devenir des chatons confiants et bien équilibrés.

Les dangers liés à un sevrage trop précoce

Les chatons sevrés trop tôt présentent plus de troubles comportementaux que les autres. Privé de la présence de sa mère alors qu’il en a encore besoin, un chaton a en effet tendance à développer des comportements bizarres sinon indésirables. Cela va de l’habitude apparemment bénigne de téter de la laine (« wool sucking ») à des conduites agressives qui rendent difficile la cohabitation avec le chat.

Par exemple, si un chaton n’a pas eu le temps d’apprendre à contrôler sa morsure et ses griffures avec sa mère, il risque de ne pas savoir jouer calmement. Le chaton sera impulsif, il s’excitera beaucoup trop et il ne supportera aucune contrainte.

Un sevrage précoce peut aussi entraîner des problèmes pathologiques : bien des troubles urinaires sont par exemple liés à des phénomènes de stress. Certains chats sevrés trop tôt ont aussi tendance à passer énormément de temps à faire leur toilette (ingérant ainsi beaucoup trop de poils) ou sont incapables de réguler leur appétit, devenant ainsi boulimiques. Chez ces chats, le surpoids sera un problème récurrent tout au long de leur vie.

Comment nourrir les chatons pendant le sevrage ?

Les chatons imitent normalement tous les comportements de leur mère et très vite, ils vont vouloir manger ce qu’elle mange. Quand le sevrage se déroule naturellement (c’est-à-dire quand les chatons sont avec leur mère pendant la période du sevrage), la transition alimentaire se fait ainsi facilement. Les chatons vont s’intéresser à ce que mange leur mère et ils seront tentés de l’imiter, en « picorant » dans son bol.

Les mêmes aliments pour la chatte et les chatons

Pendant la période où la chatte allaite ses petits, elle a des besoins très importants en calories, en protéines et en minéraux, ce qui est aussi le cas des chatons puisqu’ils abordent une phase très intense de leur croissance. Des aliments pour chatte allaitante conviennent donc bien au démarrage du sevrage des chatons ; la mère et ses petits peuvent manger la même chose.

N’essayez surtout pas de rationner la chatte tant qu’elle allaite sa portée. Au contraire, donnez-lui à manger à volonté : il faut qu’elle puisse se nourrir quand elle le souhaite et que les quantités soient suffisantes pour que les chatons puissent également y avoir accès.

Des aliments secs et humides

Pour faciliter la transition alimentaire aux chatons, mieux vaut leur éviter d’avoir à passer directement d’un aliment liquide (le lait maternel) à un aliment aussi « solide » que des croquettes. Proposez donc une alimentation mixte à la chatte : en plus des croquettes en libre-service, donnez-lui un ou deux fois par jour une portion d’aliment « humide » : pâtée, terrines, bouchées en sauce ou en gelée… Non seulement ces aliments sont riches en protéines mais ils sont surtout riches en eau, ce qui aide à prévenir la déshydratation chez la chatte (la production de lait consomme beaucoup d’eau).

Dès que les chatons vont être en âge de s’y intéresser, ils vont beaucoup apprécier ce type d’aliments, à la fois faciles à ingurgiter et très appétents. Tant que leurs dents de lait ne sont pas encore complètement apparues, il est plus facile pour eux de consommer quelque chose qui n’a pas besoin d’être croqué.

Des aliments riches en protéines

Un chaton a besoin de plus de protéines qu’un chat adulte à l’entretien et, par rapport à un chiot d’âge équivalent, le chaton réclame aussi plus de protéines dans son alimentation. Chez le chat, les protéines servent en effet à la synthèse et au renouvellement de tous les tissus (muscles, squelette, peau et pelage, etc.) mais aussi à produire de l’énergie. C’est une spécificité des animaux qui sont particulièrement bien adaptés au régime carnivore.

Un chaton ne peut pas s’adapter à un aliment pauvre en protéines. S’il n’en reçoit pas assez, ou que ces protéines ne lui apportent pas tous les acides aminés dont il a besoin, il utilisera les protéines de son organisme pour couvrir ses besoins et sa croissance en pâtira.

Des aliments riches en énergie

La croissance du chaton étant rapide, il lui faut un aliment de sevrage très énergétique. Lorsqu’un chaton est encore avec sa mère et mange dans la même gamelle, on ne réalise pas forcément l’importance des quantités d’aliment qu’il consomme pendant le sevrage. Pourtant, le besoin en énergie du chaton augmente de manière exponentielle : après le sevrage, vers 10 semaines, un chaton ingère l’équivalent de 200 kcal/kg soit à peu près 3,5 fois plus qu’un chat adulte (rapporté au poids) ! Ce besoin énergétique des chatons restera un niveau très élevé jusqu’à l’âge de 4 mois environ, puis la croissance ralentira et le besoin énergétique diminuera.

Les nutriments qui apportent le plus d’énergie sous un faible volume sont les matières grasses ; si les chatons au sevrage consomment des croquettes, il faut qu’elles contiennent au moins 20 % de matières grasses. Les graisses sont de toute façon très bien digérées par les chatons.

Des aliments hyperdigestibles

La période du sevrage est propice aux troubles digestifs : le chaton perd progressivement sa capacité à digérer le lactose, le sucre du lait, mais il n’est pas encore bien équipé pour digérer l’amidon des céréales comme un chat adulte. Il lui faut un aliment ultra-digestible pour lui garantir une totale sécurité digestive, et dont le taux d’amidon ne soit pas trop élevé. La qualité de l’alimentation au démarrage de la croissance conditionne sa bonne santé ultérieure.

Faut-il manipuler les chatons au sevrage ?

Tous les apprentissages réalisés pendant la période de sevrage laissent des traces durables dans la mémoire des chatons ; la période entre 3 et 8 semaines correspond au début de ce qu’on appelle la phase de socialisation.

Les premières semaines de vie des chatons doivent donc être mises à profit pour les familiariser avec tout ce qu’ils devront affronter plus tard : musique, télévision, aspirateur, manipulations fréquentes par les personnes de l’entourage, présence d’enfants ou d’autres animaux, etc. Plus le milieu offre des stimulations de toutes sortes, mieux le système nerveux se développe et meilleures seront les capacités d’adaptation des chatons plus tard. L’habituation à des bruits, des odeurs, des personnes et des situations variés revient à fournir au chaton une « base de données » sur ce qui est « normal ».

Des études ont montré que les chatons qui sont manipulés au moins 40 minutes par jour pendant le sevrage se montrent plus amicaux envers l’homme et sont moins peureux. Leur degré de socialisation est amélioré si un grand nombre de personnes entre en contact avec le chaton avant le sevrage.

FAQ

Faut-il réhydrater les croquettes au sevrage ?

Si vous ne proposez pas d’aliments humides aux chatons en début du sevrage, vous pouvez leur proposer des croquettes que vous aurez humidifiées au préalable pour les ramollir. Réhydratez l’aliment avec de l’eau tiède (ou du lait maternisé mais surtout pas du lait de vache) et attendez que les croquettes ramollissent un peu pour les donner au chaton. L’idéal est d’obtenir la consistance d’une bouillie.

Combien pèse un chaton au sevrage ?

À la naissance, un chaton pèse environ 100 g mais à 2 mois, une fois son sevrage effectué, il pèsera en général entre 800 et 1200 g, il aura donc multiplié son poids de naissance par 10 ! Le chemin n’est cependant pas fini : le chaton multipliera encore son poids au sevrage par 4 d’ici la fin de sa croissance….

Faut-il vacciner les chatons pendant le sevrage ?

Les chatons ne deviennent aptes à bien réagir aux vaccins qu’à partir du moment où les anticorps maternels ont disparu, soit vers l’âge de 2-3 mois. Quand aucun risque particulier n’est identifié dans l’environnement, il n’est donc pas utile de faire vacciner les chatons avant l’âge de 8 semaines contre les maladies les plus dangereuses pour eux (panleucopénie et coryza). Le protocole exact de vaccination des chatons sera discuté avec le vétérinaire, en fonction du mode de vie et des risques particuliers encourus par les animaux.

Faut-il vermifuger un chaton pendant le sevrage ?

Si vous avez fait naître des chatons chez vous, vous pouvez commencer à les vermifuger avec un médicament adapté à leur âge dès la 3e semaine ; répétez le traitement tous les 15 jours jusqu’au sevrage définitif. Tant que la chatte reste avec sa portée, il faut la traiter en même temps que les chatons, sinon elle risque de les contaminer à nouveau.

À quel âge les dents de lait apparaissent-elles chez un chaton ?

L’éruption des dents de lait a lieu entre la 3e et la 6e semaine. Les premières à apparaître sont les incisives, puis les canines et enfin les prémolaires. Les molaires ne seront présentes que dans la dentition définitive.

Pour en savoir plus…