Revenir à la liste

Les puces sont partout : protégez votre chien !

Chien - 02/11/2021

Partout où vivent des chiens (et des chats), on retrouve des puces : si ces insectes ne peuvent pas résister plus de 3 ou 4 jours à une température égale ou inférieure à 0 ºC, le chauffage des habitations leur permet de survivre à l’intérieur tout au long de l’année. Pensez à protéger votre chien aussi l’hiver !

 

Comment repérer la présence de puces sur mon chien ?

« Mon chien se gratte, il a peut-être des puces, mais comment en être sûr ? » Pour en avoir le cœur net, ne comptez pas sur l’observation directe. Les puces sont brunes, ne mesurent que quelques millimètres et elles sont extrêmement mobiles. Il est donc difficile de les voir dans le pelage, surtout si elles sont en faible nombre. Heureusement, il existe d’autres techniques pour les dépister…

Le test du peigne

 

 

Faites asseoir votre chien sur une table blanche ou une feuille de papier, puis peignez la région lombaire à rebrousse-poil avec un peigne à puces (à dents très fines). Recueillez soigneusement des débris tombés du pelage et placez-les sur un coton humide. L’apparition de halos rougeâtres sur le coton est considérée comme le signe de la présence de puces : la couleur rouge provient de l’hémoglobine présente dans les crottes de puces.

Cette méthode ne permet cependant pas toujours de confirmer l’infestation par les puces et l’efficacité du test diminue si le chien a été lavé dans les deux semaines qui précèdent l’examen.

 

L’examen au microscope

Dans le doute, demandez à votre vétérinaire de vous aider à confirmer l’infestation : en observant au microscope des débris recueillis après peignage sur un morceau de scotch, il pourra peut-être visualiser des œufs ou des fragments de puces.

Lorsque les deux techniques sont associées, on a plus de chances de mettre des puces en évidence.

Comment un chien attrape t-il des puces ?

L’environnement représente la principale source de contamination pour le chien, qui peut  attraper des puces à l’extérieur, mais aussi dans la maison.

Contamination à l’extérieur

Les puces se développent en général très vite dans le milieu extérieur pendant la belle saison. Une fois qu’elles ont trouvé un hôte, une puce commence à pondre dans les 48 heures qui suivent la première piqûre et elle pondra au moins 20 œufs par jour pendant toute la période de reproduction.

Ces œufs tombent sur le sol et éclosent en 48 heures, donnant naissance à des larves. Après deux mues successives, les larves tissent un cocon dans lequel elles se transforment en nymphes, puis en puces adultes. Celles-ci attendent alors de pouvoir sauter sur un chien qui passera à proximité !

Contamination à l’intérieur

Pendant l’hiver, un chien a peu de chance d’être contaminé quand il se promène. En revanche, il est possible que des puces aient élu domicile chez vous sans que vous le sachiez…

Les puces colonisent les maisons et les appartements à la faveur de la chute des œufs pondus par les puces adultes présentes sur les animaux. Après une semaine d’incubation, ces œufs donnent naissance à des larves qui se cachent en s’abritant de la lumière : tapis, moquettes, paniers de couchage, interstices entre les lames des parquets, elles trouvent sans peine des cachettes à leur taille ! Si les conditions sont favorables, il ne se passe pas plus d’un mois entre la ponte et la nouvelle génération de puces adultes.

Le cycle peut en revanche durer jusqu’à 6 mois lorsque les œufs ont été pondus dans un endroit resté inhabité. Si vous avez séjourné dans une maison de vacances avec votre chien l’été dernier et que vous y retournez en hiver, les puces vont rapidement se réveiller si le chauffage se met en route… Une éclosion massive de puces se produit parfois : attention à vous car les puces sont peu sélectives ! Quant à votre chien, il va être infesté très rapidement.

Les puces sont-elles néfastes à la santé du chien ?

Oui ! Les puces peuvent affaiblir le chien en cas de contamination massive et nuire gravement à l’état de sa peau et de son pelage. En outre, les puces sont des vecteurs de maladies.

Anémie

Les puces piquent la peau du chien et, après avoir inoculé une salive anticoagulante, aspirent le sang avec leur trompe. Ce repas de sang est nécessaire à leur survie. Les puces femelles, particulièrement voraces, peuvent absorber 10 à 15 fois leur poids en sang chaque jour ! Lors d’infestation massive, une anémie est parfois observée chez les chiots ou les chiens en mauvaise santé.

Allergie aux puces

Certains chiens présentent une sensibilité particulière aux piqûres de puces. Ils souffrent alors de dermatite allergique aux piqûres de puces : cette maladie se caractérise par des démangeaisons tellement intenses pour le chien qu’à force de se gratter, le poil tombe, la peau devient rouge et s’épaissit (surtout au niveau du ventre et des plis articulaires). Les lésions cutanées causées par le grattage sont parfois telles qu’elles s’infectent et suppurent.

Démangeaisons et affections cutanées

Les démangeaisons occasionnées par les puces sont très pénibles pour les chiens. Un chien infesté passe beaucoup de temps à se lécher, se mordiller, se gratter et ces comportements affectent vite la santé de la peau et la beauté du pelage. Des lésions cutanées se développent chez les chiens les plus sensibles et certains présentent de véritables comportements d’automutilation.

Maladies transmises par les puces

Comme les tiques, les puces peuvent transmettre plusieurs agents pathogènes au chien.

Le ténia dipylidium

En mordillant sa peau et son pelage, un chien peut avaler des puces. Or celles-ci sont souvent porteuses des œufs d’un parasite appelé Dipydium caninum, un ver plat qui fait partie de la famille des ténias. Quand il se développe dans l’intestin du chien, le dipylidium peut atteindre 80 cm !

Ce ténia est source de démangeaisons importantes pour le chien qui tente alors de se soulager en frottant son postérieur contre le sol, un comportement baptisé « le signe du traîneau».

Des anneaux contenant des œufs de dipylidium sont éliminés dans les selles du chien, contaminant ainsi l’environnement. Ils ressemblent à des grains de riz et sont très mobiles. A cause du léchage, on peut parfois les observer sur le pelage du chien. En caressant un chien infesté et en portant ensuite les mains à la bouche, les enfants sont parfois infestés par le dipylidium.

Les puces et les bartonelles

Les bartonelles font partie des bactéries transmises par les puces. Les bartonelles sont plus souvent retrouvées chez le chat que chez le chien mais s’ils cohabitent, la contamination du chien facilite l’entretien du cycle parasitaire chez le chat et augmente aussi le risque de bartonellose humaine (ou « maladie des griffes du chat »).

Les puces et la leishmaniose

La leishmaniose est une maladie parasitaire du chien qui sévit beaucoup dans les régions méditerranéennes. Si elle est essentiellement transmise par la piqûre de petits insectes volants, les phlébotomes, les puces pourraient aussi être des vecteurs occasionnels de la maladie.

 

Comment débarrasser un chien de ses puces ?

La seule façon de débarrasser son chien durablement des puces, c’est de le traiter régulièrement, même en hiver, même si vous ne voyez pas d’insectes sur lui. N’attendez pas de le voir se gratter !

Un produit antipuce est un médicament comme un autre et c’est votre vétérinaire qui est le mieux placé pour vous conseiller au moment du choix. Sachez cependant que les produits antipuces n’ont pas tous la même façon d’agir : ceux qui diffusent en surface du pelage sont appelés des « topiques » ; d’autres sont distribués via la circulation sanguine, ce sont des produits « systémiques ».

les insecticides topiques

Les produits antipuces topiques agissent par contact direct avec l’insecte : lorsqu’une puce entre en contact avec le produit, elle est imprégnée du principe actif qui a diffusé en surface du pelage du chien. L’effet toxique s’exerce donc avant que la puce ne pique. Avec ce type de produits, le risque de transmission de maladies par les puces est donc très réduit. Les produits topiques sont également intéressants pour les chiens présentant des réactions allergiques aux piqûres de puces.

les insecticides systémiques

Un insecticide systémique diffuse dans le sang du chien. Si une puce vient faire un repas de sang sur le chien, elle absorbe le produit et est rapidement neutralisée. L’efficacité d’un antipuce systémique n’est pas altérée par l’exposition à l’eau, ce qui permet d’effectuer des shampooings fréquemment chez les chiens qui le nécessitent.

Quelle présentation choisir pour un produit antipuces ?

Les produits antipuces sont commercialisés sous plusieurs formes, pour faciliter leur administration.

Les sprays antipuces

Economiques, les sprays et les pulvérisateurs sont efficaces sur les puces mais leur application reste délicate et chronophage.

Les colliers antipuces

Les dernières générations de colliers antipuces sont actifs pendant plusieurs mois. Seuls inconvénients du collier : il peut se détacher ou être grignoté par un congénère. Si vous faites porter un collier antipuces à votre chien, vérifiez qu’il est résistant à l’eau : ce n’est pas toujours le cas. Dans le doute, enlevez-le si votre chien va dans l’eau ou si vous le lavez.

Les pipettes « spot-on » antipuces

Avec ces pipettes, il suffit de déposer quelques gouttes du produit sur la peau (et non le pelage !) du cou ou du dos. L’endroit idéal se situe entre les épaules pour éviter le léchage par l’animal. Le produit diffuse ensuite à distance dans la peau.

Les comprimés antipuces

Il est maintenant possible de protéger durablement son chien des puces en donnant un seul comprimé tous les trois mois !

Quel que soit le produit, lisez bien le mode d’emploi pour respecter la posologie, le rythme et le mode d’administration.

Comment éliminer les puces chez moi ?

La puce passe quelques semaines sur le chien, pond des œufs, puis vit l’essentiel de son cycle sous la forme de larve, de nymphe, puis de pré-adulte à l’intérieur de son cocon. Eliminer durablement les puces n’est donc possible qu’en traitant également l’environnement, ou en utilisant des produits insecticides qui empêchent les puces de se reproduire.

Passez l’aspirateur partout

Il est donc très utile de passer l’aspirateur sur toutes les surfaces lisses : carrelages, moquettes, tapis, etc. Aspirez aussi tous les lieux de couchage de l’animal : paniers, coussins, canapés, fauteuils…

Désinsectiser les endroits difficiles à atteindre

Lorsque l’infestation est importante, vous pouvez aussi pulvérisez un insecticide spécial sur les surfaces difficiles à aspirer: paniers en osier, dessous des canapés ou des lits, plinthes… Attention, les produits antipuces destinés à traiter l’environnement ne doivent jamais être appliqués sur les animaux !

Des « foggers » sont également commercialisés pour éliminer les insectes par fumigation.

Empêchez les puces de se reproduire

Certains produits antipuces empêchent le développement des formes immatures dans l’environnement. Ces produits sont appelés des régulateurs (ou inhibiteurs) de croissance. Leur intérêt est de casser le cycle reproducteur des puces et donc de diminuer peu à peu leur présence dans l’environnement du chien.

Les inhibiteurs de croissance peuvent être utilisés en association avec un insecticide qui agit sur les puces adultes (certains produits antipuces associent les deux principes). La double action est à rechercher en cas de contamination importante ou lorsque votre chien est allergique aux puces et qu’il est urgent de l’en débarrasser !

Demandez conseil à votre vétérinaire pour choisir le protocole antipuce adapté à la situation et établir un protocole raisonné de traitement.

FAQ

A quelle fréquence traiter contre les puces ?

Pour protéger votre chien efficacement, il est nécessaire d’observer un rythme régulier de traitement, ce que ne font pas la plupart des propriétaires. Aujourd’hui, la plupart des produits antipuces disponibles pour le chien agissent pendant au moins 4 semaines. Un traitement mensuel permet donc  d’éviter que les puces ne s’installent durablement dans la maison.

Laver son chien élimine t-il les puces ?

Non, les puces survivent très bien aux shampooing, sauf s’il s’agit d’un shampooing contenant un insecticide ; mais dans ce cas, le chien n’est pas protégé longtemps : la rémanence du principe actif ne dure que quelques jours.

Les puces passent-elles du chien au chat et réciproquement ?

Le passage direct d’une puce d’un animal à un autre est possible mais rare. En revanche, un chat qui héberge des puces peut servir de « réservoir » pour le ou les chien(s) vivant avec lui dans la maison. Si vous traitez votre chien sans traiter le chat qui vit avec lui, cela ne sert à rien car le chien va se réinfester très vite. Si vous avez plusieurs animaux chez vous, assurez-vous que tous sont traités simultanément.

 

Les fumigations insecticides présentent-elles des dangers ?

Les insecticides commercialisés pour lutter contre les puces dans les habitations ne sont pas dénués de risque pour les utilisateurs. Il faut donc prendre des précautions lors de leur utilisation : couvrir les aquariums, protéger les oiseaux, aérer la maison…
Il existe une alternative, les huiles synthétiques à base de silicone, semblables à celles vendues pour lutter contre les poux chez les enfants. Pulvérisés sur les puces, les dérivés du silicone ont une action paralysante : les puces adultes, les larves et les œufs se trouvent englués dans une couche huileuse qui les tue en quelques minutes. Contrairement aux insecticides classiques, ce type de produit est inoffensif pour l’environnement, l’homme et les animaux. Autres avantages, il n’y pas d’odeur désagréable qui subsiste dans la maison après traitement.

Pour en savoir plus…

– ESCCAP, « les puces »

– Catedog, « puces du chien : traitement antipuce »