Revenir à la liste

One Health, une démarche de santé responsable

Tribune - 04/04/2022

L’approche « Une seule santé » ou « One Health » existe depuis de nombreuses années. Toutefois, aux yeux du monde, elle a trouvé tout son sens lors de la pandémie de la Covid-19. « One Health » recouvre de multiples dimensions. Pour le groupe Okivét, plus qu’une utopie ou une intention, c’est une ligne de conduite qui guide les décisions de ses salariés au jour le jour.

 

Parler de « Une seule santé », c’est en fait souligner l’interdépendance nécessaire et absolue entre humains et animaux. La santé des êtres humains est en effet étroitement connectée à celle des animaux et à la qualité de l’environnement dans lequel ils vivent.

« One Health », un concept aux multiples dimensions

Ignoré durant plus d’un siècle, ce lien indéfectible apparaît désormais comme évident et doit, pour aboutir à des solutions pérennes pour les écosystèmes, faire travailler ensemble des professionnels de multiples secteurs et de diverses disciplines : professionnels de la santé humaine, de la santé animale, de l’agriculture, de l’environnement, administrations et agences nationales, mais aussi les élus locaux.

Plus qu’un concept, « Une seule santé » guide les décisions de certaines entreprises, au jour le jour, de l’échelle régionale à la dimension internationale.

Pour Okivét, « One Health » est plus qu’une vision

En médecine vétérinaire, cette approche apparaît résolument pertinente. Ce fut en tout cas le constat du groupe Okivét, réseau de structures vétérinaires, dès sa création en 2020. Le concept « One Health », Okivét le porte avec conviction en réinventant la manière de soigner l’animal de compagnie, en accordant une grande vigilance à la relation homme-animal et en favorisant le bien-être au travail de ses salariés.

 

Des partenariats qui valorisent le concept « One Health »

Ainsi, dès 2020, Okivét a signé un partenariat avec l’Institut Français de Zoothérapie (IFZ), créé en 2003 par François Beiger. L’IFZ a pour mission de sensibiliser les pouvoirs publics et les professionnels de santé aux bienfaits des thérapies assistées par l’animal (zoothérapie). Pour Okivét, l’animal joue effectivement un rôle de médiateur ; il permet de développer le potentiel cognitif, physique ou affectif de l’homme malade, vulnérable ou handicapé, de manière naturelle.

Le concept « One Health », c’est aussi garantir le bien-être et la dignité de l’animal. Okivét fait donc appel à des experts dans le domaine de la douleur animale et l’accompagnement du propriétaire d’un animal en souffrance : CAPdouleur et Anima Care.

Afin de changer le regard sur la prise en charge de la douleur animale, l’initiative CAPdouleur est née en 2009. Aujourd’hui, le réseau CAPdouleur regroupe des vétérinaires spécialistes et généralistes qui échangent sur leur pratiques médicales et les méthodes complémentaires favorisant le bien-être de l’animal en clinique.

Tenant compte de la forte charge émotionnelle inhérente à la gestion de l’animal en fin de vie, le centre de ressources Anima Care, créée en 2018, accompagne les équipes des structures vétérinaires afin d’aider le propriétaire au mieux durant cette période si intime et difficile.

 

Une mise en avant de la médecine préventive et des médecines complémentaires

Au-delà de ces partenariats, les vétérinaires chez Okivét favorisent la médecine préventive afin de lutter contre les maladies animales et les zoonoses, et de préserver la bonne santé des animaux de compagnie, le plus longtemps possible. Les pratiques alternatives comme l’ostéopathie, la phytothérapie, la laser thérapie ou la physiothérapie sont aussi mises en avant pour améliorer le potentiel de récupération des animaux malades et, compléter les prescriptions médicamenteuses.

« Une seule santé » signifie aussi prendre soin des soignants

Okivét repense également la gestion de ses salariés et des structures vétérinaires au jour le jour. Chez Okivét, le respect de l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle est une priorité managériale pour permettre à chacun de s’adonner à ses passions et de prendre soin de ses proches. L’organisation en grappes de structures vétérinaires géographiquement proches facilite leur gestion et l’entraide.

Un salarié est ainsi susceptible de venir aider une autre structure si une personne est malade, par exemple ou peut travailler sur 2 établissements. En effet, la solidarité et le partage font partie des valeurs de l’entreprise au même titre que l’empathie.

Pour Okivét, amener chacun vers la révélation de talents et l’excellence, favorise le bien-être des salariés et améliore l’épanouissement et la qualité de vie au travail.

La formation et le partage des connaissances infusent la vie quotidienne des équipes : des stagiaires sont régulièrement accueillis dans les cliniques, les auxiliaires vétérinaires sont encouragé(e)s à obtenir leur VAE, les salariés peuvent passer quelques journées dans les autres structures de leur grappe géographique afin d’apprendre des pratiques des autres, chacun est suivi avec un plan de formation annuel.

Enfin, le prisme « One Health » c’est aussi protéger la planète. Okivét s’attache à travailler avec des prestataires locaux, des imprimeurs écoresponsables, un atelier de confection de vêtements professionnels français s’approvisionnant en Europe.

Ainsi, pour le groupe Okivét, « One Health » se matérialise par des actions très concrètes. D’autres initiatives « One Health » sont d’ores et déjà en préparation.

Partager sur